Quenelle Saint Jean façon Pissaladière et Balade à Lyon #SaintJean

30 juin 2015

Je dois avouer que j'avais des quenelles une vision très classique, à savoir les quenelles de brochet sauce Nantua...Hormis cela, je n'avais jamais pensé qu'on puisse réellement sortir des sentiers battus et encore moins, les préparer de tant de façons différentes. Il aura fallu une belle invitation à Lyon (un des fleurons de la gastronomie lyonnaise) à la découverte des quenelles Saint Jean (vous connaissez déjà les ravioles de Romans® de la marque, j'en suis certaine) pour que j'en mesure tout le champ des possibles.

Commençons tout d'abord par la quenelle façon pissaladière, recette trouvée dans le très beau livre "Cuisiner la quenelle tout simplement" de Philippe Barret aux éditions Edith Delbart, que je vous recommande. C'est une mine d'idées!


J'ai apporté quelques petites modifications à la recette initiale en diminuant la quantité d'anchois et en ajoutant les olives, uniquement des noires, après cuisson, pour en conserver le goût intact et le moelleux.
Ingrédients:
4 Quenelles Suprêmes Soufflés Nature Saint Jean - 2 oignons - 12 filets d'anchois à l'huile + 4 pour la décoration - 16 olives noires dénoyautées (Kalamata pour moi) et coupées en rondelles ou lamelles- 1 c. à café de sucre en poudre - 2 c.  à soupe d'herbes de Provence - huile d'olive - poivre.

Peler et émincer les oignons. Dans une poêle, faire chauffer l'huile d'olive et ajouter les oignons, le sucre et les herbes. Cuire à feu moyen/doux jusqu'à ce que les oignons soient translucides et légèrement dorés, poivrer puis ajouter les anchois. Laisser fondre à feu très doux.
Préchauffer le four à 180°C. 
Découper les quenelles en 2 dans la longueur. Les disposer sur une plaque recouverte de papier cuisson. Déposer sur chaque demi-quenelle la préparation oignons/anchois. Enfourner pour environ 20mn.
A la sortie du four, disposer sur les quenelles les olives et les anchois réservés. 
Servir immédiatement avec une salade de mesclun.


En savoir plus sur les quenelles Saint Jean:
Au 1er siècle, les Romains cuisinaient déjà un plat proche de l'actuelle quenelle: une pâte élaborée à partir d'oeufs et de poissons, crustacés, coquillages au mortier, qu'ils moulaient et cuisaient dans de l'eau bouillante.

Aujourd'hui, la quenelle est fabriquée à partir de semoule de blé, de beurre, d'oeufs, de lait ou d'eau et d'assaisonnements tels que chair de brochet, volaille, légumes....). Sa présentation fraîche au rayon traiteur lui confère une grande qualité, une texture fondante qui permet de la cuisiner au four, à la poêle, en apéritif, en salade, en plat et même en dessert (pour les quenelles nature).
Chez Saint Jean, on trouve:
- des quenelles traditionnelles
- Les Suprêmes Soufflés: ce sont des quenelles au gonflant exceptionnel et aux saveurs variées (nature, 5 légumes, cèpe-girolles au brochet, volaille-morilles, écrevisses)
- la nouvelle gamme dans la pure tradition lyonnaise, au beurre et à la semoule de blé dur: quenelles natures, de brochet ainsi que les Cocons au brochet-crevettes-morilles et enfin les mini quenelles nature
Bien entendu, sans conservateur ni colorant.


Quelques photos de notre balade lyonnaise, juste pour vous donner l'envie d'y faire un tour, c'est une ville extraordinaire pour tous les gourmands de France et de Navarre!
Dans les Halles de Lyon-Paul Bocuse, entre autres:
Puis direction  l'institut Paul Bocuse pour un repas autour de la quenelle Saint Jean. Merci au Chef Philippe Jousse pour sa gentillesse et ses petits plats, nous nous sommes régalés!



Rouelles de Suprêmes Soufflés au brochet, viennoise d'herbes et légumes croquants
Brochette de Suprêmes Soufflés aux morilles, salade de mesclun à l'huile de noix

 Panna cotta de Quenelle nature et fraises marinées à l'estragon
Direction le quartier St Jean, avec tout en haut la Basilique Notre-Dame de Fourvière....
 La Cathédrale St Jean (certaines gargouilles sont très particulières...)


Les Lyonnais étaient connus pour ne pas faire étalage de leur fortune...Le plus souvent les façades des maisons sont sobres, limite austères et ce n'est que dans les cours intérieures que l'on découvre les signes de fortune du propriétaire du lieu.. Parfois, cependant, l'envie de montrer tout de même sa réussite titille le maître de la demeure et le puits, bien qu'à l'arrière, est placé de manière a être aperçu par le visiteur éventuel.
Difficile de résister complètement au plaisir de faire étalage de ses richesses, l'aura de la personne en dépend ....
Derrière une façade très sobre, on découvre cette tour dans laquelle on imagine bien Raiponce...
Une porte secrète dans la rue St Jean: l'entrée d'une traboule.

et dans cette traboule.....
Un grand merci à notre guide , elle était pétillante et passionnante.

Terminons notre visite rapide du quartier St Jean par cette pâtisserie où la praline rose, un autre emblème de la ville, est reine! Nous l'avons dévalisée, je dois l'avouer....

Quenelles Saint Jean : en savoir plus ici (click)

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire